Cassures

 

Pratique fulgurante qui débute par la cassure, suivie de la déchirure, de bandes de Médium minces,

peint ou naturel, de largeurs constantes et de formes aléatoires.
Il y a de la rupture dans cette déchirure, qui laisse une grande part au hasard.
La déchirure est une pratique qui met le créateur en danger, élargit le champ des possibles et livre des éléments

qui échappent en partie à la volonté de l’auteur.
Assemblés, ces modules forment alors des tracés d’apparence parallèle, alignements dynamiques ou horizons incertains de paysages utopiques.
Couleur et accumulation créent une dynamique indéniable, ainsi qu’une alchimie du signe pictural qui trouve son point d’équilibre dans ce travail novateur.
Clisson ordonne le chaos de ses déchirures pour ouvrir des espaces.
Il y a du Zen dans cette oeuvre. A la manière des sillons ratissés dans les graviers d’un jardin japonais. Des vagues. Ou une certaine idée des vagues. Des vagues qui portent en elles le passé de la déchirure originelle.

 

E. Berdudeau

1/1

© 2019 par Gérard Clisson

  • Facebook Classic